Blog

Au menu de la Grande Guerre

129 Views0 Comment

La Première Guerre mondiale n’a pas seulement bouleversé les manières de faire la guerre, elle a aussi profondément changé notre alimentation.

En août 1914, la guerre est déclarée, ils sont des millions à partir au front. Il va falloir les nourrir. Commence alors une véritable révolution dans l’histoire des États impliqués dans cette guerre qui va durer quatre années.

Il va falloir produire, approvisionner, gérer, distribuer. Une nouvelle économie de guerre s’impose. Elle touche les ministères des armées, de l’économie, de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, de l’industrie et les services de propagande.

   

Des services de l’Etat au coeur des tranchées et des villages, subvenir au quotidien est un défi majeur pour assurer la victoire.

Pour nourrir les 80 millions de soldats, pour ravitailler les civils indispensables à la victoire, les ressources du monde entier sont mobilisées.

Toute une puissance logistique se met au service de l’alimentation du combattant. Les industries alimentaires développent des produits, qui se sont imposés depuis, au cœur de notre alimentation, comme les conserves ou les bouillons en cube.

La principale nourriture du fantassin-paysan ou du fantassin-ouvrier reste, comme avant-guerre, le pain, d’abord blanc, puis très vite gris en raison des pénuries. Le soldat dispose également de ration quotidienne de 300 grammes de viande de bœuf en conserve ou « singe », similaire au corned beef anglo-saxon. La conserve améliore la mobilité des troupes, mais les contaminations et empoisonnements ne sont pas rares.

Ce film pose clairement les problématiques de l’organisation du ravitaillement à l’échelle d’une guerre dont l’ampleur dans tous les domaines est restée jusqu’alors inégalée.

L’Allemagne et ses alliés (Autriche-Hongrie, Empire ottoman) font face à une crise alimentaire qui épargne les pays alliés. Des images rares des émeutes de la faim et de la famine qui touchent les Puissances centrales montrent que la faim a aussi été une arme pendant la Première Guerre mondiale, et les pénuries alimentaires ont forcément joué un rôle dans l’effondrement des empires.

Un documentaire écrit par Emmanuelle Cronier, Maître de conférences en histoire contemporaine, réalisé par Axel Clévenot.

Une coproduction France Télévisions, ECPAD et Aller Retour Productions